mercredi 1 février 2012

Pourquoi ?

La grande question de la mort inhérente à la vie nous amène le plus souvent au bord d'un gouffre. Assis les jambes dans le vide, le regard hagard vers l'horizon, avec l'attente d'un écho qui malheureusement ne revient pas...

1 commentaire:

Gcoq a dit…

La tribus n'oublie pas, l'écho est là.

Enregistrer un commentaire